BERNARD CAVANNA

Sonatine 43 pour bandonéon diatonique
à Louise Jallu

Le bandonéon n'est pas un instrument "neutre" ! sa facture, le timbre si différencié des claviers gauche et droite, l'ordonnancement si iconoclaste et apparemment anarchique des touches, offrant quatre dispositions singulières selon que l'on joue "tiré" ou "poussé", les techniques de ce soufflet si extravagant, invitent naturellement à considérer les difficultés liées à cette bien curieuse facture, comme des atouts majeurs.
L'étroite parenté avec le Tango lui donne une identité encore plus renforcée (bien qu'à l'origine cet instrument était plutôt créé pour défendre le folklore allemand ou autrichien !).
Bref, j'ai pris bien du plaisir à me laisser conduire dans les multiples méandres de cette si audacieuse facture.
Tout d'abord, j'ai souhaité emprunter une courte phrase d'un arrangement du merveilleux Massimo Mori sur le célèbre thème d'Enrique Delfino, Recuerdos de Bohemia. Cette phrase si bien élancée sur le clavier gauche, donnant avec la note du thème à droite un accord figuré de 9ème, m'a toujours et systématiquement séduit et surpris. Elle fait montre d'élégance et fait si admirablement sonner l'instrument que j'ai souhaité l'extraire et la mener dans d'autres lieux, sans accord figuré de 9ème, en l'énonçant à gauche comme à droite et la répétant d'une façon obsessionnelle jusqu'à la tronquer pour n'arriver à ne plus faire sonner qu'une note !
La tessiture du clavier gauche partage dans le registre aigu certaines notes communes avec le clavier droit, ce qui offre ainsi la particularité de faire sonner quatre notes identiques mais avec un timbre différent, comme s'il s'agissait d'un jeu de sourdine sur la trompette. Dans ce registre, les sons deviennent prégnants et intenses.
Enfin, dans l'apparente anarchie de la disposition des boutons, certaines notes sonnent identiques selon qu'elles soient jouées "tiré" ou "poussé". Je m'en suis naturellement servie !

J'ai souhaité pour cette pièce l'enfermer arbitrairement dans la forme classique de la sonatine, avec son opposition de deux thèmes, son développement et sa ré-exposition.
Le chiffre 43 apposé au titre reste encore un mystère pour beaucoup !

(Bernard Cavanna)

Sonatine 43 pour bandonéon

10,00 €Prix